Étant traducteur, je suis naturellement traître, et bien heureux d'avoir eu l'occasion de trahir Anne Caumes pour son Pacte de Seltz, une histoire qui me rappelle qu'à l'âge de Virgile (le frère du héros) j'étais moi-même un ornithologue passionné.

Mais j'ai aussi trahi les oiseaux, tout comme j'ai tourné le dos à ma carrière d'universitaire pour me consacrer au globetrotting, à l'écriture, à la traduction et à la photographie. Activités complémentaires au demeurant, remplies d'échos et de réverbérations. Tel beau cliché vaut bien un poème (sans doute).

Il est rare d'avoir la chance de traduire un proche, et pour moi ç'a été une première et un privilège. J'ai rencontré Anne en 2007, elle corrigeait un de mes manuscrits pour un éditeur et on est tombé en amitié le plus naturellement du monde. Connaître l'auteur que l'on traduit n'est pas forcément un atout, mais quand c'est quelqu'un d'aussi bien ça ne fait pas de mal.

Sur ce, quiconque cherche à être trahi sait où me trouver.

Petits liens vers :

  • la liste de mes livres, c'est ici.
  • mon blog “vrac de varech”, comme aurait pu dire Aimé Césaire, c'est .
  • et €‹quelques-unes de mes photos (jamais à jour, mais au moins à l'année), c'est par .